Amnezia #2 : l’underground est de retour !

Par le 21 décembre 2015

shinymen-Amnezia #2-couv

Cela fait une année exactement que le club radio ISAMM a organisé la première édition d’AMNEZIA, un concert underground qui, l’année dernière a eu lieu à la faculté. La réussite était à son comble ce qui a poussé les organisateurs à renouveler cette aventure, avec une deuxième édition, plus bruyante, plus folle, plus réussie.

C’est à la date du 19 décembre 2015 qu’à eu lieu AMNEZIA #2, et à la surprise de tous cette fois ci se ne sera pas nous qui allons nous déplacé, puisque les organisateurs ont pris en compte la longue distance qu’il faudrait parcourir pour arriver à la fac et ont donc choisi un endroit assez « stratégique » et « accessible ». Le Whatever Saloon, déjà réputé pour les concerts qui y ont eu lieu, semble être l’endroit idéale. D’autant plus que ces deux dernières années le célèbre centre culturel plus connu au nom de « Ellouh » paraît avoir perdu un bon nombre de ses habitués, fans d’art et de culture underground.

Le concert devait commencer à 14h, et pour la première fois, il n’y a pas eu de retard. A 14h30 la musique avait déjà commencé, l’espace était blindé, un public en furie, un public qui attendait cet événement depuis son lancement sur Facebook. Pourtant tous n’auront pas la chance d’entrer, à peine quelques minutes après l’ouverture des portes la salle était déjà remplie et comportait à peu près 900 personnes en sachant que 1500 tickets étaient vendus, des chiffres énormes qui feront 600 insatisfaits. Face à cette erreur les organisateurs ont plaidés coupables, se sont excusés au près du public et ont même proposés de rembourser les tickets. Je suis sorti les voir, tous ceux qui attendaient devant l’entrée, récolter des commentaires, de quoi peut être même accusé le club radio d’irresponsables et d’escrocs, mais rien de tout cela, personne ne semblait enragés, tous ne voulaient pas se faire remboursé, tous avaient encore l’espoir de pouvoir entrer, ce n’est que plus tard vers 17h que les portes se sont rouvertes, parce qu’à cette heure là nombreux participants sont rentrés malgré le fait que la musique ne s’arrêtera pas avant 20h, car contrairement à l’année dernière, nous retrouvons cette année AMNEZIA avec une line up plus consistante mais surtout variée : c’est 33cl qui monteront sur scène en premiers. puis Zanzana, avec leur style rock old school ils ont su chauffer un public qui plus tard fera du bruit pour Road 66 et applaudira The brothers, suivis de the HV’s, et leur incroyable interprétation de « whole lotta love » le célèbre tube de Led Zeppelin, Wahj, West Mideley avec leur style assez originale de country, western… sans oublier Scavenger qui le moindre qu’on puisse dire ont mis le feu sur scène !

Un autre groupe avait prévu de se produire, au nom de Paragon, mais pour des raisons assez étranges et non professionnelles à mon avis s’est rétracté à la dernière minute, je n’en parlerai pas parce qu’elles ne valent même pas la peine d’être dîtes… Non attendez, quelle grossière erreur de ma part de vouloir voiler un fait désolant! La vérité c’est que Paragon sont effectivement montés sur scène, pour être plus précise je dirais qu’ils étaient l’avant dernier groupe à faire son show. Parce que comme on le sais tous la plus part des groupes présents lors du concert – en sachant que celui ci a eu lieu un samedi – ont d’autres projets et d’autres performances à donner durant la soirée, ce qui a poussé les organisateurs à les prioriser en les programmant en début d’après midi, une décision clairement déplaisante au chanteur de Paragon qui s’est fait une joie de manifester sa colère en venant agiter ses bras dans tous les sens, à croire qu’il allait se battre et crier au visage des organisateurs jusqu’à ce qu’on vienne dans l’espoir de le calmer. Mais malgré les efforts de tous, sa colère n’avait pas diminué il est juste parti annonçant qu’il avait annulé sa prestation.

Ce n’est que plus tard qu’on le verra sur scène à chanter du Megadeth et du Metallica un choix plutôt coriace. J’ose imaginer le défi, mais les défis ne sont malheureusement pas toujours réussis, pas cette fois ci en tout cas. Car  bien que l’instrumental frôlait la perfection le chant partait à la dérive gâchant ainsi toute la magie de ces titres considérés aujourd’hui comme des classiques, des piliers dans le monde du Metal. C’est le guitariste du groupe qui sauvera la mise en acquérant la sympathie du public avec son incroyable présence sur scène, bon point pour le groupe qui à mon avis, en travaillant plus dure et en changeant de nom – parce qu’il y a déjà un autre groupe plus ancien et assez connu au nom de Paragon- pourraient percer. j’avais dit désolant et je m’y tiens par ce qu’il est claire que la réaction excessive du chanteur était le résultat d’un ego surdimensionné: la dernière chose dont on a besoin en ces temps où nous devons tous nous unir dans le seul but d’encourager la scène culturelle undergound encore instable en Tunisie.

Passons. Je ne suis pas la seule à l’avoir remarqué, les événements de se genre se font de plus en plus rares, sans doute faute d’encouragements, et de motivation. Pourtant les jeunes fans, musiciens et organisateurs, sont là ils resteront et persisteront, c’est ce que j’ai cru comprendre d’après les quelques questions que j’ai posé à l’un des organisateurs et vice président du Club radio ISAMM Farouk Hadj Ali : « si d’ici la fin du prochain trimestre, il n’y a pas de concerts, nous en organiserons un autre. »

C’est avec une note positive que je conclu cet article, car malgré les quelques erreurs, ce fut un concert des plus réussis, d’abord grâce aux organisateurs qui ont fait énormément de progrès depuis l’année dernière mais aussi grâce aux musiciens, aussi vieux dans le domaine musicale que Zanzana ou récemment formés comme West Mideley, avec ou sans carte pro, tous dégageaient l’une de ces énergies excentriques qui faisait que nous ne pouvions pas nous arrêter de danser ni de sourire à tout inconnu qui croisait nos regards. N’est-ce pas là, justement, le pouvoir invisible mais indestructible de la musique ? On en redemanderai bien, et on sera servis :

« Amnezia, deviendra un concert annuel! » 

   -Farouk Hadj Ali                            

En Photos, Amnezia #2

Crédit Photos: Kaouther Hammami.

A propos de Abla Akremi

Vos avis nous intéressent

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *